Ce que nous faisons:

Équité de genre

Les inégalités persistantes entre les genres en Italie et dans le monde, continuent de créer de grandes disparités entre les garçons et les filles. Ce sont les petites filles qui rencontrent les plus grands obstacles à leur bien-être, à la pleine réalisation de leurs droits et à la capacité de prendre des décisions éclairées au sujet de leur vie.

Dans de nombreux cas, l’école, la famille et la communauté reproduisent les stéréotypes qui attribuent aux filles et aux garçons des rôles définis sur la base du genre et qui, dans la plupart des cas, établissent une discrimination à l’égard des filles.

Les normes traditionnelles, souvent perçues comme supérieures aux lois de l’État, renforcent ces stéréotypes. La coordination insuffisante entre les institutions au niveau local et le manque de ressources humaines et financières augmentent la charge de travail et les responsabilités des groupes de la société civile, qui ont des compétences organisationnelles limitées et reposent souvent sur le travail des bénévoles.

Nos activités visent à libérer les communautés de la violence et de la discrimination en raison du genre à travers la promotion de l’égalité des chances pour les filles et les garçons et le soutien du potentiel de la jeune génération.

Nous nous efforçons à créer des structures et des politiques qui permettent aux femmes et aux filles de prendre des décisions éclairées et autonomes sur leur vie et de participer activement à la vie économique, politique et publique. Une plus grande égalité entre hommes et femmes, accompagnée d’une véritable émancipation des femmes au sein des familles et des communautés, crée des avantages pour la société dans son ensemble.

Pour ce faire, nous promouvons la coordination entre les institutions locales, les organisations de la société civile, les enseignants et les conseils scolaires, la communauté et ses dirigeants, ainsi que les familles.

Partager sur:

Last edit:

Les garçons et les filles sont en situation de vulnérabilité en raison de systèmes enracinés de discrimination entre les genres qui les empêchent d’exprimer leur plein potentiel, entravant ainsi le bien-être de la communauté et de tous ses membres.
La famille et la communauté sont souvent des lieux de conflits, d’intérêts et de relations de pouvoir fondés sur la discrimination entre les genres et les générations.
Les filles sont le moteur du changement pour mettre fin à la violence fondée sur le genre et à la discrimination et pour promouvoir une transformation structurelle et irréversible des valeurs, des normes sociales et des codes de comportement des femmes et des hommes de demain.
Les victimes de la discrimination ne peuvent pas être les seules responsables de leur propre émancipation. Il faut chercher des solutions et des approches qui répartissent la responsabilité du changement entre les différentes parties prenantes, y compris les institutions.
Le rôle essentiel des enfants et des jeunes est indispensable pour obtenir une égalité effective entre les genres, qui sera profitable à toute la communauté.
Les quotas sont une condition nécessaire mais insuffisante pour transformer les causes structurelles de l’inégalité entre les hommes et les femmes. Ils doivent être accompagnés de mécanismes et de stratégies qui favorisent une participation pleine et effective des femmes et des filles.