Bikash arrive sur sa moto avec un sourire timide et sincère, comme un symbole de son humilité et de sa générosité. Il a 24 ans, mais semble plus grand et plus mature. Il revient de l’école de Kemere, dans le district de Chitwan, où il gravit d’étroits lacets pour suivre la construction de nouveaux sanitaires pour les écoles rurales de la zone. Ils serviront à améliorer la qualité de l’éducation dans ces régions reculées et isolées. Il travaille avec Helpcode Népal depuis un an et il en est enthousiaste.

 

Orphelin de son père dès son plus jeune âge, sa mère ne le suit pas beaucoup. C’est donc son oncle qui l’élève, l’aide et l’encourage, presque comme s’il était un frère. À l’école de Kemere, Bikash devient premier de la classe. Le directeur et les enseignantes s’en souviennent encore. Ici, la communauté est très petite : 65 familles, pour la plupart issues de la minorité Chepang, qui vivent de l’agriculture de subsistance dans une zone montagneuse frappée par le séisme de 2015. Ce territoire rural est toutefois en train de se vider, les jeunes allant travailler à Katmandou ou dans d’autres pays.

 

Un cooperante di Helpcode in visita a una scuola del Nepal

Bikash dans une école de Chitwan

 

Bikash a été le premier enfant de l’ethnie Chepang à obtenir son diplôme au sein de l’école, un résultat important et une victoire personnelle après les difficultés de son enfance. Une fois son diplôme obtenu, Bikash a commencé à travailler avec Little Flowers, une association népalaise qui aide les enfants à travers le parrainage. Il s’est marié à 15 ans, ce qui est courant dans cette région, et a deux enfants, dont une fille de neuf ans qui fréquente une école soutenue par Helpcode.

 

Il est fier lorsqu’il revient de sa visite à l’école de Kemere. Il a réussi à impliquer la communauté dans la construction d’un système de canalisations : l’eau est acheminée jusqu’à l’école depuis une source distante de près d’un kilomètre et demi. Cinq membres du conseil d’école, dont deux femmes, ont gravi un sentier extrêmement raide pour apporter à la main la tuyauterie et le matériel pour la construction. Ils ont également aidé à creuser car, notamment à travers un processus de sensibilisation, ils ont compris l’importance de scolariser leurs enfants pour leur offrir un avenir meilleur.

 

L’eau est désormais arrivée dans les sanitaires des écoles de Chitwan, en particulier grâce à Bikash, qui connaît l’importance de l’éducation pour ne pas rester en marge de la société.

 

Partager sur:

Last edit: