Au Népal, un certain nombre d’enfants des zones rurales, mais aussi dans la région de Katmandou, souffrent de la faim. À cause des restrictions dues à la pandémie, leurs parents se retrouvent sans travail et ne parviennent pas à garantir une alimentation suffisante à leurs familles. Les cantines scolaires sont fermées, par conséquent les élèves arrivent souvent à l’école affamés, quittent les cours encore plus affamés et regagnent un logement où ils ne pourront pas se nourrir suffisamment pour calmer leur estomac.

 

Les cantines scolaires sont essentielles dans les pays comme le Népal. Ici, en effet, tous ont un repas quotidien sain garanti : il coûte peu et il constitue une source alimentaire principale pour ceux qui proviennent de familles ou de communautés pauvres, comme celles de Chitwan et Makwampur. Pour des enfants qui mangeraient souvent une seule fois par jour, savoir qu’un repas est prêt fait toute la différence. Le Covid-19 leur a toutefois retiré aussi cette certitude.

 

 

Au Népal, les écoles ont rouvert après de très longs mois de fermeture. Une période infinie, au cours de laquelle de trop nombreux élèves ont pratiquement interrompu leur parcours d’apprentissage, compte tenu du fait que la rareté des technologies et des ressources a permis à peu d’élèves seulement d’accéder à quelques formes de didactique à distance. Les cantines scolaires, toutefois, sont encore fermées, et cela entraîne un fort découragement au retour en classe pour de nombreux enfants.

 

Environ 500 élèves bénéficiaient des cantines scolaires dans les établissements que nous aidons à Chitwan et Makwampur, 1 500 à Katmandou. Désormais, ceux qui n’ont pas abandonné l’école, et qui peuvent se le permettre, apportent pour le déjeuner un repas frugal qu’ils partagent avec leurs camarades.

 

 

 

En l’absence de moyens suffisants, la possibilité pour les familles d’avoir un repas garanti pour leurs enfants a toujours été un facteur déterminant dans le choix de les envoyer étudier ou travailler. À l’heure actuelle, avec la crise économique générée par la pandémie, la perte d’emplois et la difficulté toujours croissante de supporter les dépenses familiales, de plus en plus font le choix de s’éloigner du chemin de l’école pour un travail quel qu’il soit, afin de faire respirer quelque peu leurs familles. C’est pourquoi de très nombreux enfants, filles et garçons, ne sont pas retournés en classe et risquent de ne plus jamais y mettre les pieds.

 

DONNEZ DÈS MAINTENANT

 

Pour garantir un avenir à tous ces enfants, il est nécessaire de fournir une aide à leurs familles et soutenir leur parcours d’études, aujourd’hui plus que jamais. Grâce à vous, nous sommes convaincus que nous parviendrons à leur faire reprendre à tous le chemin de l’école !

Partager sur:

Last edit: