Le Mozambique est frappé continuellement par des catastrophes et des situations d’urgence : conflits armés, tremblements de terre, inondations, sécheresse… Il y a un an seulement, le cyclone Idai dévastait de vastes régions du pays, détruisant sur son passage les routes, maisons, écoles, champs et récoltes. Même pas un an plus tard, de violentes inondations ont anéanti les dernières habitations et l’espoir d’une récolte. Les effets du changement climatique se font lourdement sentir sur un territoire fragile et une population déjà durement éprouvée.

 

La pandémie de Covid-19 est l’énième fardeau que les Mozambicains doivent supporter. Une urgence dans l’urgence, qui alimente une spirale d’événements négatifs dont le Mozambique ne parvient pas à sortir.

 

« Ici, tout le monde est pauvre, mais en cette période de crise même ceux qui, avant, parvenaient à rapporter moins un repas à table viennent demander de l’aide » nous rapporte Rafael, qui travaille avec nous dans le pays.

 

Pour limiter les contaminations de Covid-19, le Mozambique a en effet déclaré l’urgence nationale avec la fermeture temporaire de nombreuses activités, écoles comprises. Outre l’action éducative fondamentale, pour les enfants et les familles du Mozambique, la fréquentation scolaire était très importante, notamment pour la cantine : pour de nombreux élèves, cela signifie avoir un repas garanti, souvent le seul de la journée. La pandémie et les mesures prises pour limiter la contamination affament littéralement les familles.

 

Notre autre grande préoccupation réside dans le fait que de nombreux enfants ne retourneront pas à l’école. À cause de la faim, de la pauvreté et des mois entiers loin de leur classe, ils ont été envoyés dans les champs ou au service de quelques maisons en ville.

 

Distribuzioni alimentari in Mozambico
Distribution de denrées alimentaires en avril 2020

 

Jusqu’à présent, nous sommes intervenus comme nous le pouvions. Nous avons redistribué à 450 familles vulnérables et à des enfants orphelins les denrées alimentaires qui avaient déjà été achetées pour les cantines scolaires. Nous avons commencé à fabriquer et à livrer aux centres sanitaires des masques en capulane, le tissu typique mozambicain.

Nous impliquons la population dans des initiatives d’information sur les mesures de limitation de la contamination et avons d’ores et déjà préparé un projet qui place les écoles en position centrale, pour en faire un lieu de prévention sanitaire : nous construirons des toilettes, nous installerons des lavabos et des petites stations extérieures pour le lavage des mains et fournirons des kits scolaires.

 

Toutefois, vous voulons faire plus. Nous voulons faire des écoles un lieu de prévention sanitaire à travers la construction de toilettes, de lavabos et de stations pour le lavage des mains. Nous voulons distribuer aux enfants mozambicains des kits scolaires, un repas sûr à la cantine et des classes sûres à fréquenter. Car c’est uniquement par l’éducation que le Mozambique pourra sortir de cet état d’urgence chronique.

 

Nous avons besoin de votre aide. Aujourd’hui plus que jamais.

 

DONNEZ DÈS MAINTENANT

Partager sur:

Last edit: