Ils sont un peu plus de cinquante mille. Nomades à l’origine, les Chepangs se sont progressivement installés au cours de ces dernières années dans les zones montagneuses du centre du Népal. Considérés par beaucoup comme les pauvres parmi les pauvres, les Chepangs sont l’un des groupes ethniques les plus défavorisés du pays et souffrent par conséquent de taux élevés de malnutrition, d’analphabétisme (plus de 80 % dans certaines communautés) et d’exclusion sociale.

Leur première forme de subsistance est l’agriculture, mais l’inaccessibilité des lieux où ils vivent fait que les deux récoltes annuelles locales sont insuffisantes pour leur assurer des moyens de subsistance adéquats. Cette inaccessibilité les empêche d’échanger ou de vendre leur production sur le marché. Leur principale religion est l’hindouisme (environ 67 %), suivi du bouddhisme (23 %) et du christianisme (7,5 %), mais des pratiques culturelles telles que le mariage précoce et d’autres coutumes restent enracinées dans les communautés, souvent au détriment des filles et des femmes.

En plus de dix ans de notre présence au Népal, ce sont les enfants Chepang, membres les plus vulnérables d’une communauté déjà extrêmement vulnérable, qui ont été les principaux bénéficiaires de notre programme de soutien à distance.

Comment travaillons-nous ? Notre intervention fait-elle une différence ? Nous nous sommes souvent posé cette question, et c’est pourquoi nous avons chargé Purnima, une étudiante népalaise qui vient d’obtenir une maîtrise en coopération et développement à l’Université de Pavie, d’effectuer une évaluation de l’impact de notre programme de soutien à distance au Népal.

Partons des chiffres que cette analyse a révélés : depuis 2005, nous avons soutenu à distance plus de 20 000 enfants et avons aidé près de 100 000 enfants dans le cadre de nos interventions dans le domaine de l’éducation. Après le tremblement de terre de 2015, nous avons reconstruit 38 écoles et centres d’apprentissage.

L’évaluation de Purnima, menée avec des méthodes qualitatives à travers des groupes de discussion et des entretiens avec les bénéficiaires, a été réalisée dans les districts de Chitwan, Makwanpur et Katmandou. Parmi les objectifs figuraient l’évaluation des résultats du projet, l’identification des problèmes critiques et des bonnes pratiques et le développement de recommandations spécifiques pour Helpcode et ses partenaires.

L’étude s’est concentrée sur l’analyse des activités contribuant au bien-être de la petite enfance, avec un accent particulier sur l’accès, l’inclusion et la qualité de l’éducation. Il a été constaté que le soutien à distance stimule, facilite et contrôle la scolarisation et la fréquentation scolaire de tous les enfants dans les zones concernées. L’étude a fait ressortir la volonté d’Helpcode d’unifier les normes de qualité visant à améliorer les capacités cognitives et sociales des enfants, en accordant une attention particulière à l’équité de genre, en donnant aux filles et aux garçons des chances égales de développer leur potentiel. Purnima souligne également la capacité de Helpcode à placer les enfants les plus vulnérables au centre de ses interventions, en les aidant à développer l’estime de soi et à assurer une croissance saine et correcte.

 

 

L’analyse montre également la capacité de Helpcode à dialoguer avec les autorités locales, les coopératives, les associations et les conseils d’école pour identifier et mettre en œuvre ensemble des interventions pour la réactivation de la production et pour la réhabilitation des zones de regroupement scolaire dans les villages.

Le travail de Helpcode se focalise sur les zones du pays considérées comme marginales et très éloignées, où se concentrent certaines minorités ethniques telles que les Chepangs. Le défi le plus important est la lutte contre la pauvreté, l’une des principales causes des taux élevés d’analphabétisme. L’isolement de ces communautés, dû à l’absence de réseau routier qui rend les trajets longs et fatigants, aggrave la situation. Le gouvernement actuel reconnaît la nécessité de fournir une éducation aux enfants Chepang, mais les parents et les militants des droits de l’homme affirment que peu de choses ont été faites, comme en témoigne le manque d’infrastructures éducatives sur le terrain. La plupart des villages de la région ne sont dotés que d’une seule école primaire, ce qui oblige les enfants à marcher trois ou quatre heures par jour pour se rendre à l’école. Cette situation complexe devient encore plus difficile pendant la saison des pluies.

Parmi les nombreuses personnes interrogées par Purnima au cours de son travail d’analyse, on trouve Yam B. Gurung, directeur d’une école touchée par le tremblement de terre de 2015, qui raconte comment le travail de Helpcode a réellement contribué à apporter des changements positifs dans la façon de penser des parents Chepang et Gurung vivant dans cette zone : « Le peu de soutien qu’ils reçoivent pour leurs enfants les a motivés à les envoyer à l’école ». Triveni Barah, l’une des nombreuses enseignantes ayant reçu des cours de formation, explique que « cette formation a vraiment été utile, car elle m’a aidée à améliorer mes compétences dans l’éducation des jeunes enfants et à fournir aux enfants un environnement adapté à leurs besoins au sein de l’école ».

Enfin, un grand espace d’analyse de Purmina est consacré aux activités destinées aux enseignants et aux éducateurs. Dans de nombreuses écoles, des cours de formation et de sensibilisation ont été lancés et, dans certains cas, Helpcode fournit un soutien financier lorsque les salaires des enseignants ne répondent pas aux normes nationales.

Le tableau qui se dégage du rapport Purnima est positif et nous tiendrons compte de toutes les observations et recommandations issues de cette évaluation pour améliorer la programmation et l’impact du programme de soutien à distance au Népal.

Partager sur:

Last edit: