L’épidémie de Coronavirus qui a touché la Suisse et la déclaration de pandémie par l’OMS ont énormément compliqué le travail quotidien de chacun.
Le personnel de notre siège à Genève travaille à distance depuis la semaine dernière.
Nous sommes tous de tout cœur avec nos collègues italiens, et sommes affligés face au nombre de décès qui augmente chaque jour en Italie.

À l’heure actuelle, dans les autres pays au sein desquels Helpcode intervient, la situation est moins dramatique.

Bien que la propagation du COVID-19 varie énormément d’une région à l’autre, l’attention est à son maximum partout et tous les États s’apprêtent à prendre des mesures plus ou moins strictes pour empêcher ou limiter la contamination.
Des informations sur la situation actuelle nous arrivent des pays au sein desquels nous sommes présents et nous avons souhaité vous en faire part.

Coronavirus : la situation au Mozambique à la date du 23 mars

Un cas positif au COVID-19 a été confirmé au Mozambique pour le moment.
Le gouvernement renforce encore plus les mesures de prévention contre une épidémie potentielle du virus. Une période d’auto-quarantaine de 14 jours est prévue pour tous les voyageurs provenant de pays considérés comme à haut risque de transmission. La sécurité aux frontières s’est accrue, et trois points frontaliers avec l’Afrique du Sud, où le nombre de personnes contaminées augmente chaque jour, sont fermés.

À partir du lundi 23 mars, toutes les écoles ont été fermées et une série d’autres mesures de prévention a été introduite : la création d’une commission technico-scientifique guidée par le ministère de la santé ; la suspension des visas d’entrée dans le pays et l’annulation des visas déjà délivrés ; le renforcement des mesures de quarantaine pour les voyageurs entrants ; l’annulation de tous les événements comptant plus de 50 participants ; l’application obligatoire des mesures de prévention par toutes les institutions ; le renforcement des mesures de contrôle afin de garantir l’approvisionnement de marchandises.

Pour le moment, les bureaux de Helpcode au Mozambique restent ouverts, mais le personnel est formé sur les mesures de prévention à adopter. Toute personne entrant dans nos bureaux (salariés comme visiteurs) doit se laver les mains et a également à disposition une solution désinfectante. Une désinfection des bureaux et des voitures est réalisée quotidiennement et chaque membre de Helpcode au Mozambique a reçu 20 masques.

De plus, tout a d’ores et déjà été préparé pour le télétravail, dans le cas où les institutions le recommanderaient : chaque membre dispose d’un ordinateur portable avec une connexion Internet pour pouvoir travailler à distance. Toutes les activités impliquant des réunions ont toutefois été suspendues.

Dans les écoles, des activités de sensibilisation à l’hygiène et à la bonne pratique de lavage des mains ont été dispensées aux enfants parrainés. Nous sommes également en train de préparer des supports d’information qui seront distribués. Rappelons-nous tout de même qu’à partir du 23 mars toutes les écoles du Mozambique seront fermées.

Coronavirus : la situation au Népal à la date du 23 mars

Jusqu’à présent, le Népal a enregistré un seul cas officiel de contamination au COVID-19.

Le gouvernement népalais a déjà instauré des mesures strictes pour empêcher une épidémie, qui serait très difficile à gérer compte tenu du manque de structures sanitaires et de procédures appropriées pour combattre le virus. Par exemple, le Nepali National Public Health Laboratory ne peut tester que 500 écouvillons par semaine pour le dépistage du coronavirus, faute de ressources humaines et matérielles.

Pour pallier le manque d’infrastructures, le gouvernement népalais prévoit de préparer 20 services de thérapie intensive au sein de six hôpitaux du pays et la mise en œuvre d’un service d’isolement composé de 1 000 lits répartis dans sept hôpitaux de Katmandou. Le gouvernement est également en contact permanent avec le bureau de l’OMS au Népal, avec lequel il a commencé à former des professionnels de santé dans tous les hôpitaux et à sensibiliser les gouvernements provinciaux et locaux sur les risques de contamination.

Parmi les autres décisions mises en œuvre pour prévenir l’épidémie, figurent : le report des examens scolaires; la suspension des visas à l’arrivée pour la Chine, la Corée du Sud, le Japon, l’Iran, l’Italie, la France, l’Allemagne et l’Espagne ; le report de tous les événements sportifs dans le pays ; la suspension des permis d’escalade de l’Everest. En outre, toute personne, népalaise ou non, arrivant au Népal de l’étranger est soumise à une période de quarantaine de 14 jours.

Pour le Népal, la pandémie de coronavirus a déjà eu un impact considérable sur la croissance économique. Le tourisme est l’un des principaux moteurs de développement et cette année avait vu le lancement de la campagne « Visit Nepal Year 2020 », mais compte tenu des restrictions aux voyages actuellement en vigueur, de fortes baisses sont enregistrées partout: -2 % d’arrivées de touristes seulement pour le mois de janvier, et -40 % au cours des deux dernières semaines malgré le fait que les compagnies aériennes aient réduit leurs tarifs de moitié pour attirer les clients. La limitation des commerces en Chine et en Inde a également gravement augmenté l’inflation au Népal.

Les membres de l’équipe de Helpcode vont bien, ainsi que leurs familles, et ils travaillent au bureau de Katmandou et à celui de Chitwan en portant un masque et en adoptant les mesures préventives nécessaires, comme se laver souvent les mains à l’eau et au savon ou avec un désinfectant. Ils évitent d’utiliser les moyens de transport public, ainsi que les rassemblements de personnes.

Jusqu’au 30 avril, toutes les écoles du Népal sont officiellement fermées. Nous poursuivons toutefois nos activités de sensibilisation sur l’hygiène au sein des communautés du district de Chitwan avec les autorités politiques et de santé locales, les chefs d’établissements et les enseignants. En cette période, nous avons réussi à dispenser des cours sur le lavage des mains approprié et à réaliser des activités de sensibilisation sur les bonnes pratiques d’hygiène de prévention à 189 enfants et 38 enseignants de Chitwan.

Coronavirus : la situation au Cambodge à la date du 23 mars

Le ministère de la santé cambodgien a confirmé 10 nouveaux cas de contamination au COVID-19 dans le pays. Le nombre de contaminés officiels est donc passé à 87 cas au total.
Dans les écoles et parmi les enfants parrainés par Helpcode, les bonnes pratiques d’hygiène et de lavage des mains ont été passées en revue.
Il y a quelques semaines, nous présentions de manière plus approfondie nos activités au Cambodge pour la prévention du coronavirus sur notre blog. Vous pouvez les consulter ici.

Coronavirus : la situation en République démocratique du Congo à la date du 23 mars

À l’heure actuelle, en République démocratique du Congo, 14 cas officiels de personnes contaminées par le COVID-19 sont enregistrés. Le premier cas positif du pays a été enregistré il y a un peu plus d’une semaine, le 10 mars.

Pour empêcher la propagation de l’épidémie, le gouvernement congolais, à partir du vendredi 20 mars, a suspendu tous les vols provenant de pays considérés comme étant à haut risque. Tous les moyens de transport acheminant des marchandises (avions, cargos compris) sont toutefois autorisés à entrer avec l’obligation que le personnel de bord soit soumis à un examen médical.

Felix Tshisekedi, président de la République, a ordonné la fermeture de toutes les écoles et universités, publiques et privées, ainsi que des bars, restaurants et discothèques. Pendant au moins quatre semaines, tout rassemblement de plus de vingt personnes, quel qu’il soit, est interdit.

L’équipe de Helpcode en République démocratique du Congo travaille le plus possible à distance et, lorsque cela n’est pas possible, elle maintient les distances de sécurité indiquées. La plupart des réunions avec les organisations avec lesquelles nous collaborons dans le pays, comme les Nations unies, ont d’ores et déjà été annulées.

À Bukavu, où nous intervenons, l’équipe de Helpcode s’engage à faire respecter toutes les bonnes mesures pour éviter la contamination au sein du Foyer Ek’Abana, où l’ensemble du personnel et les visiteurs doivent utiliser la station de lavage des mains. Nous avons également lancé une campagne, par radio et par la distribution de tracts, de sensibilisation sur les comportements visant à éviter la contamination.

À Bukavu et dans la partie orientale de la République démocratique du Congo, aucun cas de COVID-19 n’a été confirmé à l’heure actuelle. Dans cette région également, toutes les écoles sont toutefois fermées et nous avons interrompu la collecte de matériel par les instituts et les enfants parrainés.

Coronavirus : la situation en Tunisie à la date du 20 mars

En Tunisie, à ce jour, 24 cas positifs au COVID-19 ont été confirmés. Heureusement, aucun décès lié au virus n’est à déplorer.
Afin de prévenir la propagation de l’épidémie dans le pays, le gouvernement tunisien a toutefois imposé des mesures fortes : l’espace aérien et l’espace maritime ont été fermés, ainsi que tous les restaurants et les bars, et un couvre-feu est appliqué de 18h à 6h. Toutes les fonctions au sein des mosquées (vendredi de prière inclus) et les fêtes ont été suspendues.

Toute l’équipe de Helpcode en Tunisie travaille à distance et a réduit l’ensemble de ses déplacements à ceux strictement nécessaires. Les partenaires avec qui nous travaillons dans le pays commenceront également à mettre en place le travail intelligent.
Avec IDH (International Institute of Human Development), notre partenaire tunisien, nous avons commencé à discuter de l’élaboration d’un plan d’urgence qui réoriente notre travail de sensibilisation sur l’utilisation des réseaux sociaux contre les messages de l’extrémisme violent vers une sensibilisation sur le thème du COVID-19.

Coronavirus : la situation en Libye à la date du 20 mars

En Libye, pour le moment, aucun cas de contamination par le COVID-19 n’a été enregistré. Il convient toutefois de noter que la capacité de diagnostic du ministère de la santé est très limitée. En effet, le système de santé du pays se trouve dans des conditions dramatiques au terme d’une décennie marquée par les incertitudes politiques et sociales et les conflits. L’un de nos projets est précisément axé sur l’amélioration des services de santé des districts de Zawya et Ghat.

Malgré l’absence de cas officiels, le gouvernement d’union nationale (GNA) de Tripoli a déclaré l’état d’urgence sur le coronavirus et a fermé tous les aéroports et les ports à compter du 16 mars. Il a également annoncé l’affectation de 500 millions de dinars libyens pour la préparation et la réponse au COVID-19.
Outre ces mesures, la fermeture des bars et restaurants a été déclarée, ainsi que la suspension de toutes les célébrations et des fonctions des mosquées (notamment le vendredi de prière).
À Tripoli, aucun couvre-feu ni blocage des activités n’est prévu, mais le gouvernement d’union nationale envisage de telles mesures.

Compte tenu de l’inaccessibilité de la Libye pour les opérateurs internationaux, aucun membre de l’équipe de Helpcode ne travaille dans le pays à l’heure actuelle.
L’impact sur nos activités a été minime, dans la mesure où nos projets sont en phase de lancement, et cette phase est réalisée à distance. Ainsi, pour le moment, aucune incidence n’a eu lieu sur le travail de notre partenaire local ODP, qui continue de participer activement aux réunions de coordination du secteur sanitaire libyen et de surveiller la situation.
Avec ODP, nous évaluons la possibilité de lancer une campagne de sensibilisation sur le COVID-19 en Libye.

Partager sur:

Last edit: